Falana & Falana publie le bilan suivant sur le sujet : Alex Saab conteste l’acte d’accusation devant le tribunal américain

WASHINGTON, 08 juill. 2021 (GLOBE NEWSWIRE) — Aujourd’hui, l’équipe juridique de Baker Hostetler, représentant M. Alex Saab, a déposé son dossier d’ouverture auprès de la Cour d’appel des États-Unis pour le onzième circuit, contestant une décision du juge de district des États-Unis à Miami refusant de considérer le statut de M. Saab en tant que diplomate immunisé contre les procédures américaines à moins et jusqu’à ce qu’il apparaisse personnellement aux États-Unis.

M. Saab a été détenu illégalement, à la demande des autorités de maintien de l’ordre des États-Unis, au Cap-Vert, où son avion s’était arrêté pour se ravitailler. En fait, il voyageait depuis le Venezuela jusqu’en Iran dans le cadre d’une mission diplomatique, à la recherche d’une assistance humanitaire en pleine pandémie de COVID-19. Selon une règle bien établie du droit international, les diplomates qui se déplacent depuis leur pays d’origine vers un poste à l’étranger, que ce soit en tant qu’envoyé spécial comme M. Saab ou dans le cadre d’une mission permanente, ont droit à l’immunité diplomatique contre l’arrestation ou la détention. En conséquence, sur l’instruction de son propre gouvernement, il s’est fermement opposé à son extradition vers les États-Unis.

M. Saab, qui fait l’objet d’un acte d’accusation aux États-Unis pour faute présumée au Venezuela et dans les pays voisins, a cherché à soulever ce point avec le juge de district de Miami, qui a refusé de considérer son immunité jusqu’à ce qu’il accepte de se présenter personnellement devant le juge aux États-Unis. Le juge a fondé sa décision sur la doctrine de « destitution des fugitifs », une règle jurisprudentielle stipulant que les individus qui ont fui l’autorité du tribunal ne peuvent invoquer des arguments juridiques tant qu’ils n’ont pas été physiquement traduits devant le tribunal.

Toutefois, cette doctrine ne s’applique pas dans le cas de M. Saab car il n’a jamais fui les États-Unis ou les autorités de maintien de l’ordre américaines, et s’est opposé à son extradition vers les États-Unis parce que c’est un diplomate en mission bénéficiant de l’immunité. En conséquence, M. Saab a fait appel de la décision du juge de district auprès de la Cour d’appel des États-Unis pour le onzième circuit. Dans son dossier d’ouverture, M. Saab a clairement indiqué qu’il n’était pas un fugitif des États-Unis et qu’en tant qu’envoyé spécial du Venezuela en Iran, il était un chef de mission diplomatique en vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de 1961 et de la loi United States Diplomatic Relations Act, qui met en œuvre les obligations du traité des États-Unis en vertu de cette Convention. En fait, le onzième circuit a conclu que les envoyés spéciaux comme M. Saab avaient droit à l’immunité selon une affaire tranchée en 1984, Abdulaziz contre Meto. Comté de Dade, 741 F.2d 1328 (11e cercle, 1984). Cette affaire constitue un précédent contraignant tant pour le juge de district que pour la Cour d’appel.

En conséquence, M. Saab a demandé à la Cour d’appel de rejeter l’application de la Fugitive Disentitlement Doctrine (doctrine de destitution des fugitifs) par le tribunal de district, de décider qu’il a droit à l’immunité contre l’arrestation, la détention et l’extradition vers les États-Unis, et ainsi de classer l’affaire le concernant.

Contact :

José Manuel Pinto Monteiro
+234 803 300 4903
Falana & Falana Chambers

Leave a Reply